mercredi 27 novembre 2013

Saint-Rémy (12). Concert d'harmonium en l'église

La municipalité de Saint-Rémy a confié au jeune facteur d’orgues et d’harmonium villeneuvois, Sébastien Rébé, la restauration de l’harmonium de l’église paroissiale. Depuis les années 1970, ces instruments oubliés dans une chapelle, au fond des églises, semblent tombés en désuétude : on leur préfère les synthétiseurs. Pour certains d’entre nous, la musique de l’harmonium reste liée à la nostalgie et réveille le souvenir de cantiques assez mièvres accompagnés de façon un peu poussive. Mais aujourd’hui, l’harmonium revient à la mode. L’harmonium est particulièrement apte à exprimer musicalement l’ambiance de Noël avec ses jeux sensibles et sonores. C’est pourquoi Louis et Sébastien Rébé, organistes, ont proposé de faire joyeusement chanter l’harmonium de Saint-Rémy. Daniel Alogues, le trompettiste, a accepté de mêler les sonorités de sa trompette à ce concert. Thérèse Albert-Rébé lira un de ses contes inspiré d’une mélodie. Le concert sera donné en l’église, ce dimanche 1er décembre, à 15 heures. Participation au chapeau.

jeudi 14 novembre 2013

Défendre les harmoniums

L’histoire de l’harmonium.

L’histoire de l’harmonium. (Photo M. C.)

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer
Il existe des dizaines d’harmoniums laissés à l’abandon. La Fédération française des amis de l’harmonium s’est organisée afin de venir à leur secours et apporter le soutien nécessaire à leur nouvelle vie.
Récemment, à l’initiative de l’école de musique de la Vath Vielha, Jean-Bernard Lemoine, président de cette fédération, s’est installé derrière le clavier de l’harmonium de Coarraze et a donné un concert. La soirée a été l’occasion d’apporter des éléments de connaissance sur l’histoire de ces instruments et leurs qualités.
300 en Pyrénées-Atlantiques
Il y en a eu jusqu’à 24 000 en France, fabriqués essentiellement comme instruments de salon. Distribués par des revendeurs de pianos, ils étaient les grands frères de l’harmonica et de l’accordéon. Un des plus anciens de cette lignée dans les Pyrénées-Atlantiques se trouve à Poey-sur-Oloron. Fabriqué en 1848, il est toujours en activité.
Le travail d’inventaire mené par la Fédération en a répertorié plus de 300 dans le département dont quatre pourraient être classés. Celui de Bruges en fait partie.
La commune de Bénéjacq en possède également un datant de 1905, au moment de la séparation de l’Église et de l’État. Il est encore présent dans un coin de la nef, malgré sa mise à l’écart après la découverte de l’orgue électronique. Il a toujours ses deux grands pédaliers marquant son ancienneté, et ses touches en ivoire.
« Il faudrait débloquer un tout petit budget pour qu’il soit remis en parfait état », relève Jean-bernard Lemoine, fervent défenseur de ces instruments, sachant qu’il est un des rares éléments anciens appartenant à la commune de Bénéjacq.
Les nombreuses partitions écrites uniquement pour les harmoniums donnent tout son sens à cette possible restauration.
FFAH 2, chemin des Chapelaines 74940 Annecy-le-Vieux. Site : lemoinejb@wanadoo.fr

Source : Sud Ouest