lundi 31 décembre 2012

La lettre des Amis d'Escolore n° 27


La lettre des Amis d'Escolore n° 27 est parue
Siège et correspondance :
16, avenue Laurent-Moutton
83210 - Solliès-Toucas

dimanche 2 décembre 2012

Saint-Quirc (09). Concert d'inauguration de l'harmonium


L'harmonium rénové./Photo DDM. ()
Dimanche, à 16 heures, en l'église, sera donné un concert en l'honneur de la rénovation de l'harmonium. On pourra y écouter des extraits d'œuvres de Bach, d'Haendel, de Purcell, de Schubert et des chants de Noël joués et chantés par Emmanuel Schublin, organiste à Cintegabelle, et par la soprano Emmanuelle Germain. L'histoire de cette rénovation est due au hasard, qui fait si bien les choses, dit-on. Cet apophtegme s'est vérifié dans l'histoire de cet harmonium. En effet, il a été découvert par un retraité de Miremont (31), passionné de restauration de ce genre d'instrument, venu l'an dernier en curieux à l'église lors de la préparation de la crèche de Noël. Après une auscultation approfondie, le diagnostic a été délivré par ce «médecin» pas comme les autres. «C'est un instrument de grande valeur datant de 1882, fabriqué par la maison Debain, pouvant fonctionner à nouveau, malgré son état», a énoncé «le spécialiste». Soucieux d'entretenir le patrimoine cultuel et culturel, le père Christophe, curé de la paroisse, et quelques fidèles ont accepté la proposition. Des bénévoles du village l'ont alors enlevé de la tribune avec un engin de levage et l'ont amené à la «clinique». Après des soins de qualité, il est maintenant installé tout près du chœur. Il a été testé pour la messe du 11-Novembre par Emmanuel Schublin. «C'est un excellent instrument à la sonorité remarquable», a annoncé, ravi, l'organiste. Vous pourrez le découvrir dimanche au cours d'un concert qui durera une heure. Entrée libre. Renseignements au 06.84.72.45.49.
La Dépêche du Midi

samedi 24 novembre 2012

Harmonium Mustel: Divertissement - F. Wachs

Concert de Noël à Pont-Scorff


Eglise paroissiale de Pont-Scorff 

Dimanche 9 décembre à 16H00

Au profit de l'Unité de Vie de Pont-Scorff

avec la collaboration de Sophie Thiébaut (flûtiste)
Louis-Jean Guillou (harmoniumiste)
Chants interprétés par Roze Kiat

Veillée de Noël à Rennes


9 décembre 2012 - 16h

Rennes (Ille et Vilaine)
Chapelle Saint François Xavier 



« Une veillée de Noël »
Contes & mélodies traditionnelles de Bretagne & d’Angleterre

Emmanuelle Huteau, chant
Florence Rousseau, harmonium





jeudi 25 octobre 2012

L'harmonium va renaître vendredi à Gastines


Alain Boulais, ici avec le père Bruno Mézière, sera au clavier de l'harmonium vendredi soir.
Alain Boulais, ici avec le père Bruno Mézière, sera au clavier de l'harmonium vendredi soir.
Photo "Le Maine Libre"

Sablé. Après 50 ans de silence, l'harmonium va renaître vendredi à Gastines

L'harmonium dormait depuis cinquante ans, oublié dans la sacristie de l'église Notre-Dame à Sablé-sur-Sarthe.
A l'initiative du père Bruno Mézière -le curé- et de la paroisse, l'instrument a été restauré par Alain Boulais, un auto-entrepreneur d'Auvers-le-Hamon.
Aujourd'hui, l'harmonium remplace l'orgue électronique de l'église Saint-Martin de Gastines où il accompagnera les offices religieux. Il sera béni vendredi par le curé de la paroisse lors de la messe qui aura lieu à 18 heures.
Plus d'informations dans "Le Maine Libre", édition Sarthe et Loir, de ce jeudi 25 octobre. 

lundi 22 octobre 2012

Restauration d'un Guide Chant de 1952 J. Richard




Diaporama d'une rénovation d'un Guide Chant de 1952 (petit Harmonium) par l'association : Harmonium & Patrimoine.

PARRAINER LA RESTAURATION D'UN HARMONIUM et devenez acteur de la sauvegarde du Patrimoine - Recensez avec nous les Harmoniums de votre ville, de région, devenez notre Ambassadeur, etc. 

Pour plus d'informations : www.harmonium-patrimoine.fr -
Contactez-nous : contact@harmonium-patrimoine.fr

mardi 16 octobre 2012

A la découverte d'un instrument oublié : l'harmonium


La Fédération Française de l'Harmonium nous présente l’histoire d’un instrument oublié l’Harmonium mais que nous pouvons toujours trouver dans certaines de nos églises. Il est donc à faire connaître et à protéger.
On imagine volontiers que l'harmonium fut, depuis toujours, un instrument de musique destiné à accompagner les offices religieux catholiques, protestants, voire d'autres religions. Ce qui n'est pas exact ! Cet instrument de musique est entré dans les lieux de cultes vers 1840 / 1845 : il fait partie des instruments à vent. Ce dernier étant produit par deux pompes actionnées par les pieds, alimentant un grand réservoir qui laissera ensuite à partir l'air dans les anches libres. Qui dit anche libre dit parenté étroite avec deux autres instruments utilisant ce système : l'harmonica et l’accordéon. Le principe de l'anche libre vient de Chine où elle était utilisée dans le Cheng.

Des tentatives eurent lieu fin XVIII ème, en Allemagne, mais on peut dire que le vrai démarrage de cette activité se situe vers 1830/1835, notamment avec les travaux d'Aristide Cavaillé-Coll, qui réalisera le "poïkilorgue», et de ceux de son confrère Grenier. A cette époque, les premiers instruments furent destinés à de riches bourgeois qui les plaçaient dans leurs salons à côté d’un piano à queue ou d'une harpe. Arrivera alors Alexandre Debain qui fut l'inventeur vers 1841 du mot "harmonium" (qui n'existait pas auparavant), et déposera un brevet en 1843. On peut penser aisément que Debain verra tout de suite le profit qu'il pourra retirer de la vente d'harmoniums aux diverses églises !

harmonium 1 bis.jpg
" Poïkilorgue" construit par Mutin Cavaillé Coll vers 1925
Eglise de CHILHAC (Haute-Loire)
En effet, il y avait des orgues depuis le XVIème siècle dans les édifices religieux, en France (cathédrales, basiliques...), mais le prix de tels instruments rendait inaccessibles leurs acquisitions par de nombreuses églises. Ce fut ainsi que commença une extraordinaire "aventure industrielle" (comme l'écrit Michel Dieterlen dans sa thèse sur l'harmonium), qui lancera une production cessant après la seconde guerre mondiale vers les années 1965, les deux derniers fabricants ayant été Kasriel et Richard. Quand on pose la question : quels furent les instruments de musique les plus construits ? La personne interrogée répondra toujours : le piano , mais elle est incapable de dire qui fut le second en importance.... l'harmonium avec une production voisine de 170.000 instruments , l'orgue venant très loin derrière avec moins de 12.000 !

harmonium 2 bis.jpg
Harmonium avec colonnades style Louis XVIII : construit par STEIN, alors rue Cassette à Paris vers 1848 , un des deux plus anciens de Haute Savoie - Eglise de LE BIOT (74)

Si Debain fut le "grand initiateur" , il fut rejoint presque immédiatement par un autre "grand " de l'harmonium, la maison Alexandre, installée comme son confrère en proche banlieue parisienne, ces deux manufactures employant 7 à 800 salariés et produisant environ 3.000 harmoniums par an. Viendront à la même époque ou par la suite, de nombreuses entreprises comme Fourneaux, Christophe et Etienne, Kasriel, Richard, Dumont & Lelièvre, Bildé, Dewingle, Petitqueux-Hillard, Meinverc, Couty-Liné-Klein, etc. Arrivera également sur le marché le facteur Mustel, considéré comme un des plus fameux, créant notamment le "mustel-célesta", instrument à deux claviers.


Si la grande majorité des harmoniums comportent un clavier et une moyenne de 2 à 4 ou 5 jeux 1/2, on trouve parfois de grands instruments à deux claviers , dont la maison Dumont & Lelièvre se fit une spécialité, mais aussi Alexandre Père et Fils, Mustel , et pour ne pas oublier les cas exceptionnels de grands harmoniums à 3 claviers , ces derniers ayant été construits par Mustel, et Petitqueux-Hillard. En fait seuls 4 d'entre eux ont été repérés à Paris et région parisienne et à Moscou !

Très grand Harmonium ( 3 m de haut ), fut construit par Charles Bildé en 1899 pour l'exposition universelle de 1900 où il obtiendra une médaille d'or
Se trouve en l'église saint Hilaire à Saint Maur-la-Varenne

L'instrument "standard" de base , que l'on trouve dans toutes les églises et que nous connaissons tous , est parfois un harmonium "à haut buffet" , dont la décoration des plates-faces est garnie de tuyaux d'orgues en bois peint ou en métal, sans utilité pratique (ce sont des chanoines). De tels instruments hauts de 3 mètres et plus, pesant parfois près de 800 à 900 kg , sont de vrais chefs d'œuvre à protéger absolument. A ce jour, 3 d'entre eux sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques, dans la Loire, en Savoie et en Corrèze.

La période faste de l'harmonium est celle du Second Empire , à cette époque on composera bien des œuvres pour harmonium, on peut dire que ces compositeurs ne furent pas des anonymes : César Franck, Bizet, Lefébure-Wély, Guilmant, Honegger, Berlioz, Boëllmann, Dvorak, Langlais, Litaize, Fleury, Vierne, etc... A ce jour, on recense des milliers de pages écrites pour harmonium. Qui osera en 2012 encore parler de "pompe à cantiques" ?

Très bel Harmonium signé Alexandre (vers 1880 ), ( Haute-Loire)

C'est après la première guerre mondiale que la plupart des manufactures disparurent, le marché étant saturé. Et après la seconde guerre mondiale, l'électronique chassera impitoyablement l'harmonium des églises celui qu'on appelle "l'orgue électronique", (terme impropre, puisque ne comportant pas de tuyaux). Ainsi un véritable instrument de musique, sera oublié dans l'indifférence générale. Ce patrimoine national et musical étant souvent envoyé dans des décharges, ou vendus pour quelques euros dans des brocantes et pour les plus beaux achetés par des collectionneurs étrangers.

Dieu soit loué ! Dès le début du XXIème siècle, des mélomanes-musiciens consternés devant ce désastre commencèrent à partir en croisade dans diverses régions (Ouest, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Région parisienne ), afin de sensibiliser les propriétaires de ces instruments : dans 80 % des cas, les communes pour les harmoniums réalisés de 1840 à 1905, et les paroisses pour ceux construits après la séparation des Eglises et de l'Etat . A ce jour l'harmonium à anches libres, créé il y a près de 200 ans, est en voie de "réanimation" : près de 50 de ces derniers sont désormais classés inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Harmonium Américain construit par WEAVER ORGAN vers 1900, Eglise d'Annonay.
Dans certaines régions (Midi-Pyrénées, Bretagne, Aquitaine, Rhône- Alpes, Alsace), on peut estimer à plus de 300 harmoniums restaurés et inaugurés avec faste en présence des municipalités et du clergé ! S'il n'existe plus de facteurs d'harmoniums, bien des facteurs d'orgues, à l'heure actuelle restaurent ces instruments avec talent : le coût de ces opérations est minime, 3 000 à 5 000 euros en moyenne. Comme le disait récemment un maire d'une petite ville dans le Sud-Est : « on a bien réalisé un rond-point à l'entrée de notre cité, pour la modique somme de 400.000 €, que représente notre pauvre harmonium en comparaison ?! »

Bon à savoir : Si vous découvrez un harmonium avec des pédales occupant toute la largeur de la base de l’instrument, c'est qu'il est ancien, antérieur à 1870. Protégez-le, sauvez-le, il est historique.

Eglise de POEY D'OLORON ( 64 ), construit par Alexandre DEBAIN vers 1850 le plus ancien découvert dans l'évêché de Bayonne

La FFAH, (Fédération Française de l'Harmonium), répond aux questions qu'on veut bien lui poser, n'hésitez pas, l'harmonium n'est désormais plus en danger de mort. La FFAH a également un réseau de délégués régionaux, elle peut vous en communiquer la liste.

Jean Bernard Lemoine, Président de la FFAH (Fédération Française de l'Harmonium

Michel Chapuis, Président d'Honneur, Organiste de l'Eglise de Thônes (74,) organiste honoraire de la chapelle royale du Château de Versailles

Contact : 
FFAH (Fédération Française de l'Harmonium)
2, chemin des Chapelaines
74940 Annecy le Vieux 
Tel : 04 50 23 24 12 
lemoinejb@wanadoo.fr

Source : Narthex

lundi 24 septembre 2012

Gisèle Denombret à l’harmonium depuis 63 ans


YONNE > AUXERROIS > LIGNY-LE-CHÂTEL

Gisèle Denombret à l’harmonium, lors de la dernière messe célébrée à Montigny, par le père Chouin. - CHIAPINO Pierre-FranÃ?§ois

Gisèle Marre (de son nom de jeune fille) a 19 ans lorsque le doyen de la paroisse de Ligny, Marcel Girard, lui demande de prendre les commandes de l'harmonium en remplacement de Louise Defert. « Je faisais déjà partie du ch'ur de jeunes filles qui chantait à la messe le dimanche et depuis l'âge de 5 ans, je suivais des cours de piano et de solfège à Paris. J'ai accepté tout de suite ». Pourtant, elle n'habite pas encore le village : « Ce n'est qu'en 1940 que nous nous sommes installés à Ligny définitivement. Nous étions pratiquants et nous allions à la messe tous les dimanches ». Une messe qui se célébrait et qui se chantait exclusivement en latin. « Heureusement, j'avais appris le grec et le latin au lycée et un prêtre du collège franco-américain de Pontigny me donnait des conseils pour l'harmonium. La difficulté, c'était de transposer les partitions écrites en grégorien », se rappelle Gisèle.
Au début, l'instrument n'était pas situé au milieu des stalles : « Jusqu'en 1959 et l'arrivée du père Chauvet, il était placé en hauteur, près de l'orgue. Je dominais tout le monde, mais ce n'était pas facile de jouer sans voir les chanteurs ». Avec la venue de la Mission de France et de son séminaire à Pontigny, la messe a été définitivement chantée en français : « A mon humble avis, c'est mieux de comprendre ce que l'on chante ». Durant tout ce temps, elle a vu passer de nombreux prêtres.
Aujourd'hui, à plus de 80 ans, Gisèle Denombret est toujours fidèle au poste. « Je continue tant que je peux, tant que je vois clair. J'aimerais trouver quelqu'un pour jouer de l'harmonium et me consacrer au chant mais ça, ce n'est pas facile. »
P.-F. C.

vendredi 21 septembre 2012

Un harmonium et deux voix à l'église paroissiale - Plougastel-Daoulas

mardi 18 septembre 2012

Mark Schutz, Annie Autret et Roland Guyomarch, organiste à l'église de Plougastel.
Inventé par Alexandre Blain en 1842, l'harmonium a connu son apogée dans la seconde moitié du XX e siècle. Dimanche, en l'église paroissiale, Roland Guyomarch a voulu faire découvrir les tonalités de cet instrument à vent injustement oublié de nos jours. Aussi, accompagné par les voix d'Annie Autret et de Mark Schutz, il a interprété des pièces de Gabriel Fauré (messe basse) de Berlioz, Lefébure et Guy Ropartz.

samedi 15 septembre 2012

Clôture du 8eme festival d'harmonium au Poizat


La huitième édition du festival d'harmonium qui s'est poursuivie tout au long de l'été dans les régions Rhône-Alpes, Auvergne, Aquitaine, Midi-Pyrénées, au travers d'une trentaine de soirées, se clôturera samedi 15 septembre à l'église du Poizat (20h30), dans le cadre des journées du Patrimoine.

Après déjà deux dates dans l'Ain, à Seyssel et Belleydoux, cette soirée de clôture mettra en valeur un harmonium richard (cette maison fut l'une des deux dernières ayant fabriqué des harmoniums en France vers 1966) conçu à Etrepagny dans l'Eure.
L'instrument date de la fin du XIXeme siècle. Encore en très bon état, utilisé régulièrement, il permettra au public de pénétrer le monde secret de l'harmonium, un instrument né à la fin du XVIIIeme siècle en Allemagne et apparu en France vers 1830, construit à plus de 170 000 exemplaires.
Le département de l'Ain possède l'un des 44 harmoniums classés monuments historiques en France, l'exceptionnel Napoléon Fourneaux de Belleydoux restauré en 2010.
Au programme de la soirée poizatière samedi 15 septembre : le conte de l'harmonium depuis ses origines il y a 4000 ans en Chine, les mille et un secrets de cet instrument au travers d'un diaporama insolite, un concert de musiques composées pour l'harmonium dès 1830.
La FFAH (fédération française de l'harmonium), organisatrice de l'événement, a débuté en 2004 un travail d'inventaire grâce à ses délégués régionaux, répartis dans l'hexagone, qui a permis "d'engranger" déjà plus de 7000 instruments et d'en proposer une quinzaine au classement en tant que monument historique (un en Haute-Savoie, trois dans la Drôme, un dans l'Ain, neuf dans la Loire...). Un travail qui permet à l'harmonium de connaître un renouveau, après des décennies de silence et de vandalisme !

Plus d'informations sur la soirée de clôture au 06 09 86 63 37.

Journal La Tribune Républicaine

mercredi 5 septembre 2012

Concert à l'église N.D. de la Nativité du Mée/Seine


L'harmonium de l'église du Mée-sur-Seine (77)

Selon la plaque qui est sur l'harmonium il a été "offert par le comte et la comtesse Amédée de Fraquier le 22 juillet 1883".

C'est un harmonium "ALEXANDRE Père et Fils -Paris " qui porte une plaque ronde Médaille d'or exposition universelle (de mémoire 1855). La composition est la suivante : 

1- Sourdine

0 - Forte 3-4
4 - Basson
3 - Clairon
2 - Bourdon
1 - Cor anglais

E - Expression

1 - Flûte
2 - Clarinette
3 - Fifre
4 - Hautbois
5 - Musette
C - Céleste

Trémolo

0 - Forte 3-4

Il a une genouillère et un transpositeur.




Communiqué par Agnès Godfroy

Verset - Mozart

lundi 3 septembre 2012

Pont-Scorff (56) - L'harmonium de l'église s'offre une nouvelle jeunesse


Pascal Auffret est venu réparer l'harmonium de l'église.
L'harmonium de l'église, instrument principal de cette dernière, sur lequel officie régulièrement Louis-Jean Guillou, présentait un petit défaut de sonorité. Une note du clavier laissait entendre un double son, dû à la fente d'une anche. Samedi, Pascal Auffret, de l'association l'Harmonium français, demeurant à Saint-Nazaire, est venu réparer l'instrument à l'église. Accordeur de piano, il indique que « les facteurs d'orgue ne réparent plus les harmoniums. C'est malheureusement un instrument qui est quelque peu délaissé. J'interviens dans quelques églises de l'Ouest, qui entretiennent leur harmonium. Celui de Pont-Scorff est sollicité, d'où ce petit problème à une anche, ce qui est tout à fait normal ; cela indique qu'il est utilisé souvent. Il est très bien placé au sein de l'église, et sonne parfaitement. Cet harmonium est celui qui est le plus utilisé dans la région, ce qui est rare. »
Pascal Auffret est également un collectionneur d'instruments, ce qui lui permet de récupérer des pièces pour pouvoir réparer ceux qui en ont besoin, les pièces d'harmonium n'étant plus produites. Ce passionné doté de patience signale aussi que « Les harmoniums ont connu une heure de gloire dans leur fabrication au cours des XIX e et XX e siècles. » Pour tout savoir sur cet instrument, cette association possède un site internet, dont l'adresse est : http://www.harmonium.fr/

dimanche 2 septembre 2012

A l’Historial Agnès de Langeac (43), un hommage rendu à un instrument qui mérite d’être réhabilité




Jean-Bernard Lemoine, président de la FFAH, fait découvrir aux Langeadois l'harmonium de la chapelle Mère Agnès, restauré par Gérard Fustier, de l'association Agnès de Langeac. Une belle soirée dédiée à cette instrument méconnu. - David Catherine
Jean-Bernard Lemoine, président de la FFAH, fait découvrir aux Langeadois l'harmonium de la chapelle Mère Agnès, restauré par Gérard Fustier, de l'association Agnès de Langeac. Une belle soirée dédiée à cette instrument méconnu. - David Catherine
L’harmonium, associé à la liturgie chrétienne, est tombé peu à peu en désuétude. Grâce à l’association Agnès de Langeac et la Fédération française des Amis de l’harmonium, cet instrument plein de ressources a retrouvé ses lettres de noblesse, au moins lors de la veillée qui lui était consacrée. Mais ce n’est qu’un début...

Ils ont été nombreux, mardi soir, à se rendre à la chapelle de l'Historial Mère Agnès afin de prendre part à une veillée autour de l'harmonium proposée par l'association Agnès de Langeac et par le président de la Fédération française des Amis de l'harmonium (FFAH), Jean-Bernard Lemoine. Était également présent à cette manifestation Jean-Louis Lionnet, délégué de la FFAH chargé d'inventorier les harmoniums en Auvergne.
Purgatoire
Avant d'interpréter un florilège de morceaux composés à différentes époques pour cet instrument sur l'un des quatre qu'abrite actuellement l'Historial de Langeac (celui reposant dans la chapelle même provient du monastère Sainte-Catherine, en parfait état et datant des alentours de 1870), Jean-Bernard Lemoine dressa l'historique de cet instrument longtemps tombé dans l'oubli. Né au début du XIX e siècle, en même temps que le chemin de fer, et construit à plus de 150.000 exemplaires, il fut à l'origine un instrument de salon prisé par la riche bourgeoisie. Remarqué par les églises à partir de 1850, il deviendra un précieux auxiliaire du culte, les orgues n'étant pas légion. « Énormément d'églises furent construites au XIX e, plus que durant les quatre siècles précédents, souligne le président de la FFAH. De plus, la colonisation a fait que 20.000 harmoniums environ sont partis dans le monde entier, dans les bagages des missionnaires ». La période faste pour l'instrument prend fin dans les années 60 du XX e siècle avec l'avènement de l'orgue électronique.
La période faste prend fin dans les années 60 avec l'avènement de l'orgue électronique
L'harmonium connaît alors le purgatoire. Relégué au fond de l'église dans le meilleur des cas, parfois converti en placard, ses soufflets en peau de mouton font le délice des souris. Étrangement, l'instrument est ignoré des inventaires des biens de l'Église. Ce n'est que récemment que le Ministère de la culture se penche enfin sur son sort et que des amoureux de l'instrument viennent à son secours. « L'harmonium a des anches en laiton et ne se désaccorde jamais, poursuit Jean-Bernard Lemoine. Il possède généralement un clavier, plus rarement deux et même trois. Certains ont un clavier transpositeur pour s'adapter au niveau de voix du curé. A ce jour, 6.000 sont répertoriés en France, mais on estime à 160.000 leur nombre ».
A la fin de l'exposé, les notes émouvantes résonnent dans la chapelle, aux accents d'accordéon, d'harmonica, et même d'orgue de barbarie. On comprend mal alors comment un tel instrument a pu être à ce point méprisé. La FFAH compte sur toutes les bonnes volontés pour extraire une fois pour toutes l'harmonium de son long purgatoire.
Pratique. Contact : FFAH, 2, chemin des Chapelaines, 74 940 Annecy-le-Vieux. Mail : lemoinejb@wanadoo.fr.

Lien : La montagne

samedi 25 août 2012

Mendionde (64) : L’harmonium rénové


Samedi prochain 25 août, à 20h30, dans l’église de Lekorne, aura lieu l’inauguration de l’Harmonium, monument historique du patrimoine national et musical d’une qualité exceptionnelle. Un instrument qui vient tout juste d’être rénové. Le système "médiophone" appliqué à cet harmonium, (inventé par Louis Dumont ), permet à des musiciens de faire des accompagnements de qualité, en n'appuyant que sur une ou deux notes. L’association Mendi Ondoan propose au programme de cette soirée : le conte et les secrets de l’harmonium depuis 4000 ans, suivi d’un concert avec les organistes locaux et le concertiste Jean-Bernard Lemoine, président de la Fédération Française des Amis de l’Harmonium (FFAH) créée en 2004. Ce spécialiste en la matière dresse actuellement un inventaire des harmoniums de France. En janvier dernier, l’expert avait été émerveillé de découvrir le grand harmonium situé sur la seconde tribune de l’église de Mendionde. Un grand harmonium à haut buffet exceptionnel, dont les plates-faces et les tourelles sont décorées de chanoines (tuyaux d'orgue décoratifs mais non actifs), et plus extraordinaire encore, il a été construit vers 1870, aux Andelys près de Rouen, puis incorporé dans un encorbellement découpé sur la tribune. Ce vénérable harmonium possède 27 registres dont certains ont des noms romantiques comme : Harpe Eolienne , Bombardon , Echo des montagnes , Voix angélique , Fagotte, etc. Le président de la FFAH avait suggéré d’organiser cet été une éventuelle animation autour de ce chef d'œuvre de la facture instrumentale de l'harmonium français au XIX e siècle, afin de faire "redécouvrir" ce grand « Dumont » âgé de près d'un siècle et demi ; le village de Mendionde ayant abondé dans ce sens concrétisera l’offre samedi prochain avec cette inauguration.

Sud Ouest

samedi 18 août 2012

Académie internationale de musique en Cornouaille

Cette année (19-25 août) le festival "Orgues en Cornouaille" met l'harmonium à l'honneur
(dès le concert du 19 d'ailleurs)


ACADEMIE INTERNATIONALE  DE MUSIQUE EN CORNOUAILLE 
 
8ème édition 

Programme des concerts (sous réserves)  

Dimanche 19 à 21h Archipel Fouesnant 
 
Concert d'Ouverture 
 
Un salon musical parisien dans les années 20 
 
Œuvres de Debussy, Ravel, Schoenberg, Milhaud, Poulenc, Stravinsky 
 
Patricia Gonzalez, soprano, Domitille Bès, piano, 
Juliette Divry, violoncelle, Rémi Pasquet, flûte 
Guillaume Le Dréau, harmonium 

Toutes les infos sur

mercredi 15 août 2012

Autour de l'harmonium à Poey-d'Oloron (64)


Des soirées sont organisées pour faire connaître cet instrument.

Le bel harmonium de Mendionde.

Le bel harmonium de Mendionde. (archives Jean arotçarena)

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer
C'est une idée de la Fédération Française des Amis de l'Harmonium (FFAH) dont le délégué pour l'Aquitaine est l'Oloronais Georges Morère.
« Notre président, Jean-Bernard Lemoine, a entrepris le recensement de tous les harmoniums de France. Il en a dénombré beaucoup dans notre département, parmi lesquels de très intéressants soit sur le plan musical, soit sur le plan historique », explique le délégué. « Pour faire connaître cet instrument et le redécouvrir, il organise des soirées ''Autour de l'Harmonium''», poursuit-il.
Ainsi, quatre manifestations auront lieu en ce mois d'août. Pour le Haut-Béarn, l'église de Poey-d'Oloron a été retenue pour une soirée qui se déroulera le vendredi 24 août à 20 h 45 sur un harmonium Debain.
Au programme, le conte de l'harmonium depuis plus de 4 000 ans, « car cet instrument souvent oublié fait partie de notre patrimoine ». Projection d'un diaporama sur les secrets de l'harmonium.
Et bien sûr, concert avec des œuvres écrites par de grands compositeurs classiques et d'autres, diverses, amusantes, par Jean-Bernard Lemoine, organiste, carillonneur et président de la FFAH.
Les autres soirées auront lieu dans les églises de Saint-Boès (près d'Orthez) le jeudi 23 août à 20 h 45 (harmonium Kasriel), à Mendionde le samedi 25 août à 20 h 45 (harmonium Louis Dumont), à Bruges le dimanche 26 août à 17 heures (Harmonium Alexandre).
Une corbeille est placée à l'entrée de l'église pour une libre participation.

Sud-Ouest

lundi 13 août 2012

Découverte des harmoniums de Pluherlin (56)


Le 16 septembre 2012 à 11h.
Présentation et aubade des 2 harmoniums de l'église St Gentien. A l'occasion des Journées Européennes du patrimoine.
2ème initiative de ce genre après un cru 2011 fort goûté, les associations "Les Orgues de Questembert" et du "Patrimoine de Questembert" s'associent pour vous présenter les diverses richesses de l'héritage architectural, historique, musical de Questembert et Pluherlin.
A cette occasion, vous pourrez venir au contact des harmoniums de l'église St Gentien de Pluherlin puis de l'orgue de l'église St Pierre de Questembert dont l'histoire et le fonctionnement vous seront contés...
Entrée libre

Lieu de la manifestation et contact

Eglise St Gentien
56220, PLUHERLIN
Téléphone : 02 97 26 56 00 (Office de Tourisme) E-mail : info@rochefortenterre-tourisme.com
Téléphone : 02 97 26 12 56 E-mail : orgues.questembert@gmail.com

A la redécouverte des harmoniums


Patrimoine passé de mode mais témoignage d'un siècle de musique liturgique, les harmoniums font l'objet de recherches et d'un inventaire effectué par les Amis de l'harmonium. Des soirées "découverte" ou "redécouverte" sont organisées, dans notre département, par la Fédérarion française des amis de l'harmonium. Elles auront lieu dans les églises de :
- Saint-Boes (près d'Orthez) jeudi 23 août à 20h45 (Harmonium Kasriel)
- Poey d'Oloron vendredi 24 août à 20h45 (Harmonium Debain)
- Mendionde samedi 25 août à 20h45 (Harmonium Louis Dumont)
- Bruges dimanche 26 août à 17h (Harmonium Alexandre).
Le déroulement de la soirée est le suivant : le conte de l'Harmonium depuis plus de 4000 ans... Cet instrument souvent oublié fait partie de notre patrimoine. Diaporama : Les secrets de l'harmonium. Concert avec des oeuvres écrites par de grands compositeurs classiques et d'autres, diverses, amusantes par J.Bernard Lemoine, Organiste, Carillonneur, Président de la FFAH. Une corbeille est placée à l'entrée de l'Eglise pour une libre participation. 

dimanche 22 juillet 2012

Collection d'harmoniums à l'église de BARS (24)


Eglise romane de Bars
Ouverture au public d'une exceptionnelle collection d'harmoniums


La commune de BARS, en Périgord noir, possède dans son église romane, une collection rare d'harmoniums.

Cette collection unique en France fût offerte à la ville par Jean Claude Castagneyrol, proviseur à la retraite, en hommage à son fils Benoit. Elle  regroupe une quarantaine d'instruments présentant un large inventaire des fabrications des meilleurs facteurs  Français (MustelDebain, Alexandre ...) et étrangers (EsteyMannborgHinkel...).

Cette donation fût également l'occasion de réhabiliter l'église romane qui accueille en son sein la collection. Elle est depuis peu ouverte au public et propose cet été des visites guidées, des conférences et accueillera le 8 septembre un concert exceptionnel de Stephan Patry.

Souhaitant que vous puissiez relayer cette information.

Très cordialement,

Jacques Restoin
Président de l'association du musée de l'harmonium de bars
Tél. 06 30 36 79 05
Mail Jacquesrestoin@aol.com