dimanche 4 décembre 2011

Rébénacq (64) - A la découverte des harmoniums



 Jean-Bernard Lemoine découvre l'harmonium de Rébénacq.  Photo J.-P. V.

Jean-Bernard Lemoine découvre l'harmonium de Rébénacq. PHOTO J.-P. V.

Les harmoniums sont ces instruments de musique qui accompagnaient les cantiques dans les églises. Ils ont bercé maintes messes dominicales et sont les témoins d'une génération de fabricants aujourd'hui disparue.
Pour en faire l'inventaire, Jean-Bernard Lemoine, de la Fédération française de l'harmonium, fait actuellement le tour des églises de la région et y découvre à l'occasion des pièces rares.
« Un harmonium fonctionne avec des anches libres comme l'harmonica ou l'accordéon, les pédales actionnent une pompe, l'air est stocké dans une peau puis dirigé vers les anches, le son est modulé par des jeux comme dans l'orgue. » Associer des anches à un clavier est l'idée d'un luthier allemand vers 1780, mais l'harmonium lui-même est inventé par Alexandre Debain qui dépose un brevet en 1842. Ces instruments se répandent à partir de 1850. « En France, une cinquantaine de fabricants en ont produit, mais trois ou quatre d'entre eux ont en fait fourni les trois-quarts : certaines usines comptaient 700 ouvriers, l'une s'était installée à Lourdes ».
Si les harmoniums sont de moins en moins utilisés, il ne faut pourtant pas les mépriser ou les jeter. « Personne ne les remarque dans les inventaires ! Pourtant la génération qui les a achetés a consenti de gros efforts financiers pour se les procurer, on se doit de les conserver au moins par respect pour cette génération. D'autant que les travaux d'entretien ou de remise en état sont peu onéreux car ce système était très robuste : les harmoniums ont l'avantage de ne pas se désaccorder, et d'offrir un jeu plein de nuances, on les appelait d'ailleurs orgues expressifs », commente encore l'harmoniumiste.
Il est en contact avec les autorités diocésaines pour une meilleure reconnaissance de cet instrument et peut conseiller les communes sur l'entretien à effectuer éventuellement.
Jean-Paul Valois

SudOuest.fr
Rébénacq · Pyrénées-Atlantiques

mercredi 30 novembre 2011

Concert de Noël à Saint-Gorgon de Moyeuvre-Grande (Moselle)

Cardesse (64) : l'harmonium répertorié


M. Lemoine et Bernadette Puyo devant l'harmonium. © Paul Bastouil
L'église a reçu la visite de Jean-Bernard Lemoine, président de la fédération française des Amis de l'harmonium, qui dresse actuellement un inventaire des harmoniums du Béarn pour le compte du ministère de la Culture, du conseil général et de la commission diocésaine d'art sacré.

Cet instrument de musique n'est plus beaucoup utilisé. Il est souvent relégué dans le fond des églises ou dans les débarras, d'où il disparaît au fil de ventes, de nettoyages ou de restaurations.

Dans l'église de Cardesse, l'expert a identifié un instrument en très bon état, fabriqué par Alexandre père et fils au début des années 1900 et a convaincu la maire de la nécessité de sauvegarder ce bien du patrimoine communal.

La République des pyrénées

Concert de Noël à Pont-Scorff (Morbihan)

jeudi 10 novembre 2011

Revue H... Comme Harmonium n° 18

La revue n ° 18 de la Fédération Française
des Amis de l'Harmonium vient de paraître.
S'adresser à la FFAH 2, chemin des Chapelaines
74940 - ANNECY LE VIEUX







mardi 30 août 2011

VIERNE : Lied, played on Mustel harmonium

Patrice Bellet, collectionneur d'harmonium

PUBLIÉ LE 27/08/2011 13:27 | SANDRINE DUGACHARD.
Du 27/08/2011 au 28/08/2011

Saint-Créac. Patrice Bellet, collectionneur d'harmonium

Une passion

Patrice Bellet racontera aujourd'hui, à la salle des fêtes de Saint-Créac, l'histoire et le fonctionnement de l'harmonium. L'exposition, elle, dure jusqu'à demain./Photo DDM Sébastien Lapeyrère.
Patrice Bellet racontera aujourd'hui, à la salle des fêtes de Saint-Créac, l'histoire et le fonctionnement de l'harmonium. L'exposition, elle, dure jusqu'à demain./Photo DDM Sébastien Lapeyrère.
Patrice Bellet racontera aujourd'hui, à la salle des fêtes de Saint-Créac, l'histoire et le fonctionnement de l'harmonium. L'exposition, elle, dure jusqu'à demain./Photo DDM Sébastien Lapeyrère.
Aujourd'hui et demain, à l'occasion des dix ans du concert annuel organisé à l'église de Saint-Créac, Patrice Bellet présentera une partie de sa collection d'harmoniums.
Dans la petite salle des fêtes aux fenêtres ouvertes sur la campagne lomagnole, Patrice Bellet, facteur d'orgue depuis 1967, attrape un tirant de l'un des harmoniums de sa collection qu'il exposera aujourd'hui et demain, dans le cadre des festivités (lire ci-contre) qu'organise Saint-Créac pour les 10 ans du concert annuel de l'église. Un pied sur chaque pédale, les doigts frappant légèrement les touches, l'homme se penche imperceptiblement. Le son jaillit. Il y a une dizaine d'années que Patrice Bellet a commencé sa collection d'harmoniums. Et il y a dix ans aussi qu'il a restauré l'harmonium de l'église du village, point de départ des concerts désormais donnés chaque année le dernier dimanche d'août. Quelques-uns achetés sur internet, d'autres dans des revues, le voilà désormais avec, dans son atelier, une vingtaine d'exemplaires de ces instruments à anches libres. «Il y en a partout», dit-il avec un sourire. Et il y en a de toutes les tailles, de toutes les époques d'après son invention en 1842 par François-Alexandre Debain. Du plus petit, le guide chant, au plus grand, l'harmonium de concert. D'abord, il les achète; ensuite, il les restaure au fur et à mesure. Et, ce week-end, il présentera ceux en bon état. Le public pourra même en toucher certains du doigt. Mais pas tous.C'est sa compagne qui lui a suggéré de montrer sa collection et il aime ainsi faire partager sa passion. D'ailleurs, aujourd'hui, à 16 heures, en compagnie de Fabienne Bois qui fera parler les harmoniums au cours de démonstrations musicales,
il fera défiler l'histoire de ces instruments et décortiquera leur mécanique. Il escamotera pour vous l'harmonium de voyage, épelera le nom de l'instrument de salon d'avant le Debain (le «poïkilorgue»), s'essayera à l'harmonie flûte, chassera la note qui parle sans qu'on lui demande...
«Ce qui me plaît, c'est le son. C'est un instrument très expressif. On peut moduler le son comme on veut.» Jusqu'à faire trembler la note ou la jouer toute étouffée. La taquiner claire et flûté ou la risquer profonde et solennelle.
«Ce qui me plaît, c'est le son. C'est un instrument très expressif ».
Patrice Bellet.


mercredi 24 août 2011

Présentation et concert d'harmonium à Saint-Créac (65)


Du 27/08/2011 au 28/08/2011

Saint-Créac. 10 ans de concert

Le guide chant « Kasriel » parmi tant d'autres harmoniums sera exposé./Photo DDM.
Le guide chant « Kasriel » parmi tant d'autres harmoniums sera exposé./Photo DDM.
Le guide chant « Kasriel » parmi tant d'autres harmoniums sera exposé./Photo DDM.
Le village sera en fête ce week-end. Samedi 27 août : De 10 à 19 heures, à la salle des fêtes, présentation du trésor de Saint-Créac (prêt du musée archéologique d'Eauze et présence de M. Hue, conservateur départemental du Gers), des photos du patrimoine du village, des peintures et une collection d'harmoniums. A 16 heures, animations, historique des instruments, présentation de la mécanique de l'harmonium par Patrice Bellet, démonstration musicale par Fabienne Bois. Dimanche 28 août : De 10 heures à 16 h 30, ouverture de l'église et de la salle des fêtes comme le samedi, à 17 heures, concert en l'église Saint-Loup par Stéphane Bois (piano), Fabienne Bois (harmonium) et Francine Estreme (soprano). L'harmonium sera un Debain et le piano un Pleyel, datant tout deux de la fin du XIXe. Œuvres de J. Brahms et de R. Schumann. A 18 h 30, verre de l'amitié à la salle des fêtes.
Entrée libre pour l'ensemble des manifestations. Rens. 05 62 66 49 17 (comité des fêtes de Saint-Créac).

lundi 15 août 2011

Schubert - Ave Maria



Cet Ave Maria compte parmi les plus belles inspirations du célèbre compositeur allemand ; la mélodie, d'une très grande expression, se développe, large et suppliante, sur une harmonie très douce bien en rapport avec le caractère religieux du morceau.

vendredi 1 juillet 2011

MAGNY-LAMBERT (21) - Un concert pour le nouvel harmonium


L'harmonium de l'église a été rénové.  Photo  Michèle Piélin
L'harmonium de l'église a été rénové. Photo Michèle Piélin

Un concert a été donné pour l'inauguration du nouvel harmonium installé dans l'église de La Trinité de Magny-Lambert. Cet harmonium a plus de 100 ans. Il a été acheté dans les années soixante par la paroisse de Baigneux-les-Juifs, il était installé au séminaire de Flavigny. À Baigneux-les-Juifs, il a été pratiqué par Mme Jeanne Auvigne et Mme Madeleine Grappin. Depuis de nombreuses années, il était mis de côté. Pierre Mercusot, Gaby Robin et Jean Hudeley ont proposé de le faire restaurer.
Comme seul Yannick Baudet pouvait en jouer, il a été installé à Magny-Lambert. La dépense a été partagée entre la paroisse de Baigneux, celle de Villaines et l'association Le Magny Tout. La restauration a été effectuée par Jacques Deloye, facteur d'orgue jurassien.
Pour son inauguration, un concert a été donné en l'église de Magny-Lambert par Jean Claude Duperrone et Étienne Jacquot, titulaires du grand orgue de la collégiale Notre-Dame de Semur-en-Auxois. Le groupe Les Ambrosiniens et la chorale Sine Domine dirigée par Nancy Hézard ont interprété plusieurs cantiques.

mercredi 15 juin 2011

La lettre des Amis d'Escolore n° 24


La lettre des Amis d'Escolore n° 24 est parue
Siège et correspondance :
16, avenue Laurent-Moutton
83210 - Solliès-Toucas

mercredi 8 juin 2011

Concert - L'Harmonium français

Dans le cadre des rencontres musicales de Batz-sur-Mer, la municipalité organise un nouveau concert le dimanche 19 juin 2011 à 17h dans l’église Saint-Guénolé (entrée libre et gratuite).

L’Harmonium français, une soirée sous le Second Empire :
Le second concert des Rencontres Musicales de l’année 2011 s’ouvre sur une musique à la fois légère et classique qui n’a pas encore été interprétée dans l’église Saint-Guénolé. Présentant un équilibre vocal et instrumental qui devrait séduire le public, cet ensemble se compose d’un piano, d’un harmonium français, d’un violon, d’un violoncelle et de deux choristes.

En pratique : 
L’Harmonium français / Dimanche 19 juin 2011 à 17h / Eglise Saint-Guénolé, place du Garnal à Batz-sur-Mer / Entrée libre

Les artistes :
- Un duo de cordes, Corinne Massé, violoniste, Cécile Grizard, violoncelliste.
- Un duo de voix, Martine Rottier, Soprano, Marie-Françoise Moreau, Soprano dramatique.
- Un duo de claviers, François Dupoux, harmoniumiste, Pascal Auffret, pianiste.

Le programme :
PREMIÈRE PARTIE
Gallia—Lamentation de concert… de Charles Gounod
Méditation sur l’adagio de la sonate « Clair de lune »… de Beethoven
Repentir—Mélodie… de Charles Gounod
Ce que dit le silence… Mélodie d’Alexandre Guilmant
Résignation… Quatuor instrumental d’Alexandre Batta
Présentation de l’harmonium, puis Scherzo d’Alexandre Guilmant

SECONDE PARTIE
Salut d’Amour—Duo piano et harmonium… d’Edward Elgar
Marche d’Ariane—Duo piano et harmonium… d’Alexandre Guilmant
Ave Maria sur la Méditation de Thaïs… de Jules Massenet
Agnus Dei—Mélodie sur le thème de l’Arlésienne… de Georges Bizet
Barcarolle des Contes d’Hoffman… Duo de Jacques Offenbach
The sea hats is pearl—Mélodie anglaise… de Charles Gounod
D’un coeur qui t’aime… Duo de Charles Gounod
Quatuor d’Henri VIII—Opéra de Saint-Saëns… pièce instrumentale transcrite par Alexandre Guilmant

Soirées autour des harmoniums

Fédération Française
des Amis de l'Harmonium 
 FFAH 2, chemin des Chapelaines
74940 - ANNECY LE VIEUX

mardi 31 mai 2011

Un nouvel harmonium pour l'église Saint-Gentien - Pluherlin

Un nouvel harmonium pour l'église Saint-Gentien - Pluherlin

samedi 28 mai 2011
Les « artisans » de la restauration et de la pose du nouvel harmonium. Messe solennelle jeudi 2 juin et concert l'après midi à 16h.
Mardi 24 mai, l'harmonium acheté par la paroisse a été instalé dans l'église Saint-Gentien. Construit par le facteur d'orgue Kasriel en 1930, cet harmonium a été restauré par Pascal Auffret, de Saint-Nazaire, qui en a assuré la restauration durant presque 4 mois.
L'originalité de cet instrument tient au buffet dont il est rehaussé et à sa montre d'étain pur. Il a longtemps siégé dans la tribune de la chapelle des Augustines, à Malestroit, et a soutenu les voix des religieuses dont celle de Soeur Yvonne-Aimée, avant de partir vers les Côtes d'Armor, en 1946.
C'est Mickaël Gaborieau, organiste, chargé de mission par l'académie de musique et d'arts sacrés de Sainte-Anne d'Auray en a retrouvé la trace, chez un passionné costarmoricain.
À noter la participation de la municipalité et celle de nombreux bénévoles pour préparer l'emplacement de ce bel instrument.
Il sera béni au cours de la messe solennelle de l'Ascension, jeudi 2 juin, à 10 h 30, par, Jean-Pierre Penhouët, vicaire épiscopal. Il se fera de nouveau entendre sous les doigts de Michaël Gaborieau pour un concert à 16 h, avec Angélique Johnston, jeune soprane, et la chorale Sainte-Cécile.
Entrée libre.                                                                   

jeudi 28 avril 2011

L'harmonium sous toutes ses couleurs à ETEL (56)

Concert. L'harmonium sous toutes ses couleurs

Hymne à l'harmonium Debain restauré, le concert de Pâques, dimanche, à Notre-Dame-des-Flots, a mis en lumière toute la subtilité de cet instrument. «Nous avons volontairement laissé de côté l'électronium (l'orgue électronique)», expliquait le talabarder Jean-François Talmont qui, grâce à l'accompagnement de cet harmonium, présent sans être écrasant, a pu jouer la gradation en introduisant plusieurs pièces à la flûte avant de passer aux bombardes. Avec le violon de Marie-Claude Clerval, dans «La Folia», de Corelli, l'harmonium savait aussi porter la musique dans la nuance et l'émotion. Ces qualités ont été remarquées par le chef d'orchestre Paul Kuenz qui, comme le rapportait Jean-Yves Gouiffès, a manifesté un intérêt en vue d'un éventuel enregistrement de «La Petite messe solennelle», de Rossini, avec cet instrument.


mercredi 20 avril 2011

Un harmonium restauré par des artistes du Calaisis


Un harmonium restauré par des artistes du Calaisis bientôt à Notre-Dame

mardi 19.04.2011, 05:07La Voix du Nord
 Alain Chaussois devant l'harmonium qu'il a restauré avec Bernard Silva, calligraphe, et Bernard Caruyer, artisan du bois.Alain Chaussois devant l'harmonium qu'il a restauré avec Bernard Silva, calligraphe, et Bernard Caruyer, artisan du bois.

|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

Comme son père, Alain Chaussois est féru d'histoire. Si Robert assouvissaitsa passion dans l'écriture,le fils, lui, l'exprime à travers la peinture. Avec l'aide de deux artistes, il vient de restaurerun harmonium, déniché dans une brocante à Calais. En septembre, l'instrument iraà l'église Notre-Dame.
PAR ARIANE DELEPIERRE
calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET
Il y a un an, Alain Chaussois, fils de Robert, historien local et ancien chef d'agence de La Voix du Nord de Calais, déniche un harmonium en piteux état, à l'abandon, au Troc de l'Île à Calais. Dès qu'il aperçoit l'instrument, le peintre a un coup de coeur et l'imagine aussitôt dans l'église Notre-Dame.
Pour 200 E, le Calaisien repart avec et l'entrepose dans sa maison-atelier de la rue Copernic. Il décide alors de faire appel à des amis artisans pour redonner à l'ouvrage une seconde jeunesse. Bernard Silva, calligraphe, et Bernard Caruyer, qui travaille avec minutie le bois, se mettent à ses côtés au chevet de l'harmonium en chêne. S'en suivent plusieurs mois de travail, en plus de leurs activités respectives. Passionné d'histoire, Alain se charge des décors et décide d'y dessiner un médaillon avec le buste de Louis XIV. « J'ai choisi les couleurs bleu, blanc et rouge. Non pas pour symboliser la France mais j'ai voulu respecter les couleurs qui étaient utilisées par les peintres du XVIIe siècle.
 » Au-dessus de l'instrument figurera une grande peinture à l'huile représentant Molière, retiré du château de Versailles. « L'écrivain s'imprègne de la nature, avec Pone, le chien du roi. » Pourquoi de tels cadeaux ? « Parce que monsieur Dominique Darré, ( président de l'association pour la mise en valeur du patrimoine architectural de Calais, ndlr) que je connais personnellement est quelqu'un que j'estime beaucoup. Et c'est une figure emblématique de Notre-Dame, entièrement dévouée à l'église, confie le peintre.
Elle mérite la participation des gens qui le désirent, et en perspective des Jeux Olympiques de Londres en 2012, les artistes peuvent apporter une petite pierre à ce bel édifice. » En prévision de cet événement interplanétaire, le peintre, amoureux de Rembrandt, prépare une série de tableaux pour le moins surprenants et riches en allégories, en lien avec le sport qu'il souhaite exposer dans le Calais durant la manifestation.
Mais pour l'heure, l'artiste préfère rester discret...