samedi 28 avril 2018

Asnières-sur-Vègre. L’harmonium de la paroisse est de retour

Alain Boulais, au centre, présente son travail aux personnes venues participer à la réinstallation de l’harmonium.
Alain Boulais, au centre, présente son travail aux personnes venues participer à la réinstallation de l’harmonium. | OUEST-FRANCE

Même s’il n’y a plus que quelques messes célébrées chaque année en dehors des mariages et des sépultures, l’église Saint-Hilaire vient de retrouver son harmonium.

Un instrument ancien qui avait été envoyé à quelques kilomètres de là, à Parcé-sur-Sarthe« dans les années 1990, assure Monique Berthiot, paroissienne. En tout cas, en 1996, il était encore à Asnières. À Parcé, il était stocké dans un coin de l’église. » Délaissé.

Quand un jour, les paroissiens ont voulu le récupérer, ils se sont rendu compte qu’il avait mal vieilli. Il fallait le rénover.

Nouvelle vie

C’est grâce à l’association des Amis des orgues Parcé-Asnières-Avoise que cet instrument a rejoint son point de départ en bien meilleur état. L’association est aujourd’hui dissoute. Elle a atteint son objectif de restauration de l’orgue et des harmoniums des trois églises. D’abord Avoise, puis Parcé et Asnières pour finir.
Alain Boulais, restaurateur d’harmoniums à Auvers-le-Hamon, s’est vu confier le précieux travail. « Il avait subi les outrages du temps. J’y ai trouvé de la poussière, des toiles d’araignées. » Et l’humidité de l’église de Parcé.
Aujourd’hui, l’instrument est comme neuf. Avec quelques améliorations qu’Alain Boulais a voulues discrètes : « J’y ai installé une soufflerie électrique. Les soufflets ont été refaits à neufs. Les anches ont été raccordées ou changées quand elles étaient défectueuses ou cassées. Tous les ajouts sont facilement identifiables pour que si un jour on veut faire marche arrière, on puisse retrouver l’état d’origine. »
Et l’artisan souligne qu’il a souhaité utiliser « uniquement des matériaux nobles. » Plus certains de durer dans le temps.

vendredi 27 avril 2018

Luçon. Un harmonium pour l’école de musique

Une journée de l'orgue et des instruments à clavier était organisée samedi autour de l'harmonium mis à disposition de l'école de musique intercommunale
Une journée de l'orgue et des instruments à clavier était organisée samedi autour de l'harmonium mis à disposition de l'école de musique intercommunale - Ouest-France

Samedi 21 avril 2018, l’école intercommunale de musique organisait une journée autour de l’orgue et des claviers. Cette journée a été imaginée à partir du don d’un harmonium par Jean-François Pépin à l’association diocésaine, pour l’école de musique intercommunale.

L’épouse de l’organiste Jean-François Pépin avait sympathisé avec le recteur de la chapelle de la rue du Bac à Paris. Celui-ci était également supérieur de la maison mère des Lazaristes. Sachant Jean-François Pépin collectionneur d’instruments, il lui a permis d’en choisir un.

En s’installant en Vendée, les Pépin n’avaient pas assez de place pour conserver l’instrument, et ont souhaité en faire don, espérant qu’un tel instrument puisse donner l’envie de le pratiquer et de devenir organiste.
« Cet harmonium construit par la manufacture Rousseau est de la fin XIXe. Son buffet est en chêne, il est dans un bon état de conservation, souligne Guillaume Marionneau, professeur à l’école de musique intercommunale et organiste titulaire de la cathédrale. Son double clavier est rare pour un harmonium. »

Constantinople Quadrille on 1864 USA made melodeon pump organ

samedi 21 avril 2018

La Goulafrière : un concert pour saluer l’inauguration de l’harmonium

Pour fêter la restauration de l'harmonium, la commune organise un concert. Au programme : Vivaldi, Mozart, Lefébure-Wely.


Jean-Jacques Mounier, restaurateur de l’harmonium de La Goulafrière. Capture d’écran du documentaire « La nouvelle vie de l’harmonium de la commune de La Goulafrière, deuxième partie », réalisé par Barcha Bauer. (©Cinquillo Film)

La Goulafrière fête la fin des travaux de restauration de son harmonium monumental, par un concert exceptionnel. Le rendez-vous est fixé ce dimanche 22 avril à 16 h 30. Frédéric Aubin et Pascal Riegel, deux jeunes trompettistes professionnels qui sont aussi enseignants et concertistes de haut niveau, se joignent à Lionel Coulon, le titulaire du grand orgue de la cathédrale de Rouen et qui tiendra les claviers de l’harmonium. Au programme : Vivaldi, Mozart, Lefébure-Wely.
Ce concert est aussi l’occasion de redécouvrir ce bel instrument, situé dans le chœur de l’église, et qui a été fabriqué vers 1875. Il se compose de deux claviers manuels, un pédalier et 13 registres principaux, assortis de combinaisons. Ce Dumont-Lelièvre a été offert en 1919 à la commune par Charles Abbaye, le propriétaire du domaine du Tremblay.

Une rénovation en deux temps

L’état de conservation, exceptionnel hormis les dégâts dus à un obus (lors des combats de juin 1944 pour la libération de France), représente un témoignage du savoir-faire de la Manufacture Dumont-Lelièvre, des Andelys.
L’instrument a subi une première campagne de travaux en septembre 2016 pour dégager des estrades vermoulues qui le supportaient. Après un nettoyage complet et un traitement contre les vermines, un déblocage des touches a permis la remise partielle en état de jeu. Le mur arrière a été restauré, ainsi que le carrelage au sol permettant un emplacement favorable à la bonne conservation de l’harmonium. Le mécanisme de pompe à main, bloqué, a été remis en service et permet de jouer du clavier de pédales. La seconde tranche de travaux a eu lieu au mois d’août 2017 et c’est grâce à Jean-Jacques Mounier, facteur d’orgues, que l’instrument peut maintenant faire entendre sa puissante résonance.
En deuxième partie, à la salle communale, sera projeté un film de Barcha Bauer, un documentaire de 20 minutes relatant la restauration de l’harmonium. À l’issue, un pot de l’amitié sera offert au public. 

Les habitants de la Goulafrière et les passionnés de musique de Normandie et d’ailleurs sont chaleureusement invités. 

L'Éveil Normand