samedi 11 avril 2015

L'harmonium français est heureux de vous annoncer la sortie de son nouveau disque




Les Voix Célestes - volume 2 -, est le deuxième disque de la collection L’harmonium français, destinée à faire redécouvrir la musique de Salon du Second Empire. Le programme du disque se présente comme un récital où de célèbres chefs d’œuvres de la musique alternent avec des pièces moins connues mais tout aussi belles. Pour certaines, il s’agit du premier enregistrement mondial. Laissons-nous transporter dans un salon du Second Empire et, au travers des œuvres de Gounod, Massenet, Bizet, Beethoven, Bach et Lefébure-Wély, écoutons l’harmonium dans son répertoire de prédilection. Il sera ainsi mis en valeur et dialoguera parfaitement avec les voix, le violon, le violoncelle et le piano. Un agréable moment en perspective…

Ce disque est le fruit d'un long travail musical et musicologique. Je tiens à en remercier tous les acteurs. Les talents de tous se sont conjugués: musiciens, restaurateurs et musicologues ont travaillé dur pour vous offrir ce magnifique moment de musique. En effet, pour certaines oeuvres, il s'agit du premier enregistrement mondial. Cela a donc nécessité beaucoup de travail de recherche et d'adaptation pour vous présenter ces pièces en les adaptant à notre formation de salon. Concernant les harmoniums, ceux que vous entendrez ici sont exceptionnels et ont nécessité de lourds travaux de restauration: harmonicorde Debain, harmonium monumental Debain, harmonium d'art Mustel sans oublier un piano Steinway de 1913. 

L'harmonium est encore une fois magnifiquement mis en valeur par ses amis violon, violoncelle et piano sans oublier les voix de nos deux soprani. Il triomphe donc dans son répertoire de prédilection: la musique de salon.

Ce nouveau disque sortira officiellement chez Harmonia Mundi - Ligia Digital le 21 avril 2015. Il est cependant, dés à présent, à votre disposition sur le site de l'association:www.harmonium.fr

Venez vite le découvrir plus en détails, vous ne le regretterez pas !

Patrick-Alain Faure
Président de L'harmonium français

mercredi 25 mars 2015

Un Genevois apprend à réparer les harmoniums


Vincent Thévenaz, instrumentiste et carillonneur de la cathédrale Saint-Pierre.Image: Archives/Olivier Vogelsang
Harmoniums, orgue et carillon, c’est son rayon. Le Genevois Vincent Thévenaz est professeur à la Haute Ecole de musique de Genève et carillonneur de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Ce week-end, cet instrumentiste passionné franchit la frontière, direction Taninges (Haute-Savoie).
Vincent Thévenaz, pourquoi ce séjour à Taninges?
Je participe comme consultant à un stage consacré à la réparation et la restauration d’harmoniums. Une grande première! Je n’ai jamais rien entendu de similaire en Europe.
Quel est l’intérêt de ce stage?
Le but est d’expliquer comment restaurer ce type d’instrument(ndlr: le professeur en la matière étant Pierre Van de Hel). Ce n’est pas un hasard que cela arrive maintenant. En effet, on constate un regain d’intérêt pour l’harmonium.
Vraiment?
Oui. L’harmonium était extrêmement courant au XIXe siècle. Puis il est tombé en désuétude. Il n’était plus à la mode simplement parce qu’on avait perdu la manière d’en jouer. Il a beaucoup servi de «pompe à cantiques». Or, l’harmonium est un instrument spécifique qui offre de nombreuses possibilités et a son propre répertoire. Y compris des pièces du XXe siècle. Il donne souvent du liant dans un ensemble.
Quel est l’intérêt d’apprendre à les restaurer?
On retrouve de nombreux instruments. Mais, ils sont souvent en mauvais état en raison des effets du temps et d’un manque d’entretien. On fait alors appel à des facteurs de pianos et d’orgues mais pas d’harmoniums. Ils se retrouvent un peu désemparés devant les spécificités de cet instrument. D’où cette formation.
Vous-même, n’êtes-vous pas facteur d’instruments?
C’est vrai. Mais je participe pour soutenir la démarche ainsi que pour illustrer les capacités de cet instrument auprès des stagiaires. Enfin, étant collectionneur d’instruments, je vais apprendre quelques trucs afin d’effectuer moi-même de petites réparations. (TDG)